login
login

Bulletin Quotidien Europe N° 12486

14 mai 2020
REPÈRES / RepÈres
Infected, la BD de la Commission européenne qui avait presque tout prévu

Infected. Tel est le titre d’une bande dessinée imaginée en 2011 par la Commission européenne. Son objectif était double : expliquer ce qu'est une pandémie, avec ses ravages potentiels, à un public large d'adolescents et montrer qu'au niveau international, le multilatéralisme peut contribuer à enrayer de tels phénomènes dont la fréquence s’accélère.

Ses auteurs comparent Infected à Contagion, film à succès tourné la même année. L'impact de ces 50 pages, scénarisées par le Français Jean-David Morvan et illustrées par le Chinois Huang Jia Wei, n'a pas été planétaire comme le blockbuster hollywoodien de Steven Soderbergh. Sa distribution n'aurait atteint que quelques centaines de copies distribuées au sein des réseaux des Représentations de la Commission dans les États membres et des délégations de l'UE dans le monde.

Ainsi démarre Infected. Dans un pays asiatique tropical, Samuel de la Mancha (inspiré du vrai David Nabarro), l'envoyé spécial de l'ONU pour la grippe aviaire et les pandémies grippales, dresse le constat suivant : environ 75% des nouvelles maladies humaines trouvent leur origine dans le règne animal et leur nombre augmente de manière exponentielle. Les zoonoses sont fréquentes dans les régions densément peuplées où l'homme et l'animal vivent au contact l'un de l'autre. La mondialisation, matérialisée par l'industrialisation des modes de production et des transports planétaires, facilite leur propagation et leur évolution d'épizootie, quand elle est transmissible à l'homme, à épidémie voire pandémie.

Dans Infected, c'est un singe qui transmet à un humain le virus hautement pathogène B-1049, dont le nom est un clin d'œil au code postal du Service européen d’action extérieure. Malgré une tentative de confinement du patient 0, le virus se répand. La mécanique pandémique est enclenchée. On y est.

Provenant de l'année 2111, l’un des héros fait irruption en 2006 au beau milieu d'un laboratoire chinois hautement sécurisé de type P4, comme celui de Wuhan en Chine. Sa mission ? Changer le cours de l’Histoire, pour éviter que la pandémie naissante n'engendre les ravages qui ont façonné son monde : un milliard de morts, la fin de la démocratie au profit d'un consortium mafieux allié à des firmes pharmaceutiques, la séparation physique entre les hommes et les animaux d'abord, puis entre les hommes eux-mêmes.

On ne sait toutefois pas si le capitalisme a fini par succomber…

Même aujourd'hui, après deux mois de confinement sanitaire et au commencement de ce qui est décrit comme la plus grave récession économique depuis la IIe Guerre mondiale, le monde de 2111 décrit dans Infected paraît, encore, de la science-fiction. Générée par le virus SARS-CoV-2, la pandémie de Covid-19 est sérieuse d'un point de vue sanitaire et n'épargne presque aucun pays de la planète. Mais elle ne devrait pas être létale comme l'a été la grippe espagnole au début du XXe siècle.

Et si le Covid-19 n'était que la répétition générale d'une pandémie plus déstabilisatrice encore, provoquée par nos modes de vie boulimiques qui martyrisent la biodiversité et réduisent inexorablement l'espace vital du monde sauvage ? C'est le scénario envisagé dans Contagion, qui dépeint des États-Unis en proie aux émeutes et où la loi du plus fort risque de l'emporter.

Reste à voir comment l’Europe gérera l’atterrissage social de la pandémie de Covid-19.

Pour les lecteurs curieux ne pouvant attendre le deuxième volet de cet éditorial, qui sera consacré au concept One Health, voici un lien vers la bande dessinée Infected : https://bit.ly/3cvKFRR

Mathieu Bion

Sommaire

REPÈRES
PLÉNIÈRE DU PARLEMENT EUROPÉEN
RÉPONSE EUROPÉENNE AU COVID-19
POLITIQUES SECTORIELLES
ÉCONOMIE
ACTION EXTÉRIEURE
SÉCURITÉ - DÉFENSE
COUR DE JUSTICE DE L'UE
BRÈVES